Accueil > Produits > Languedoc-Roussillon > Pêche du Roussillon

Pêche du Roussillon

Description

La pêche du Roussillon est le fruit du Sud par excellence. Elle est emblématique du Roussillon. La zone de production actuelle et historique de la pêche (et de la nectarine) se situe dans cette région au sol très fertile, bénéficiant d’un climat méditerranéen avec un ensoleillement unique.

Une soixantaine de variétés sont cultivées et consommées chaque saison dans le sud de la France. Les variétés telles que Maycrest et Springcrest très cultivées il y a 20 ans ont laissé place à des cultivars plus performants et moins tardifs qui respectent mieux les cahiers des charges comme le Bigtop ou Zephir. Les différentes variétés cultivées sont : la Primerose, l'Alexandra, la Redwing, la Bénédicte du Roussillon, la Mycrest, la Pink Lady, la Red Eobin… Les variétés sont nombreuses et permettent à la pêche du Roussillon de se trouver sur les étals de fin mai à septembre.

Historique

La production fruitière qui s'étend aujourd'hui sur 29 800 hectares représente environ 14 % de la surface du verger national et 12 % de la production agricole régionale.
productions phare du département des Pyrénées-Orientales, la pêche est connue dans le Roussillon depuis l’Antiquité. Cependant, son véritable essor ne date que du milieu du XIXème siècle, grâce au chemin de fer. La fertilité de la plaine roussillonnaise repose surtout sur les travaux d’aménagement de plusieurs générations d’arboriculteurs qui ont abouti à ce canevas de parcelles délimitées par des haies et sillonnées par des canaux d’irrigation. La vallée verdoyante de la Têt accueille une agriculture irriguée depuis 2 000 ans.

Près de 270 variétés de pêches aux saveurs exceptionnelles sont les héritières de cette histoire. Une démarche qualité s’est réamorcée dans le but de différencier, valoriser et promouvoir la production, tout autant que d’en protéger la zone. Les producteurs se sont donc engagés dans une démarche de certification de conformité produit (CCP) et d’Indication Géographique Protégée (IGP). Actuellement, le Roussillon pèse pour près de 30 % de la production nationale de pêches et de nectarines (100 000 tonnes annuelles).

Terroirs et production

* La France est le quatrième producteur européen de pêches nectarines avec environ 290 000 tonnes. Les Pyrénées Orientales sont la première zone de production de pêches en France avec 110 000 tonnes et 38 % de la production. La zone actuelle et historique des pêches et nectarines est la plaine du Roussillon et le début de la vallée du Conflent autour d'Ille-sur-Têt.
* Avec des petits vergers de 15 hectares, les producteurs perpétuent la tradition fruitière de la vallée du Têt, avec une vision qualitative. Ils font face à la concurrence d'exploitations intensives de plus de 100 hectares, principalement des pays du Sud de l'Europe qui ont adopté une stratégie de prix bas. Depuis 3 ans, les surfaces cultivées de pêches s’amenuisent de plus en plus. L’agriculture est un métier difficile. Il y a de moins en moins de reprises d’exploitations et l’âge moyen des agriculteurs ne cesse de croître.  Il y a un effort permanent de renouvellement du verger avec des variétés précoces (juin/juillet). La nectarine jaune représente à elle seule 34% des volumes, devant la pêche jaune (25%), la nectarine blanche (22%) et la pêche blanche (19%).
* Au niveau environnemental, on aperçoit une vraie «mode» de la culture biologique. Les exploitants de pêche se convertissent de plus en plus à l’agriculture biologique. On ressent qu’ils sont plus soucieux du respect de l’environnement et qu’ils ont une volonté de réduire leur empreinte négative sur les terres.
* On observe aussi une recrudescence des modes de vente en circuits courts, les petits marchés et les groupements. Une demande d'Indication Géographique Protégée (IGP) est en cours, soutenue par la Chambre d'Agriculture et un groupement de producteurs.

Savoir-faire

Le pêcher se plaît en bonne terre au pH 6 à 7, plutôt calcaire, et redoute les terrains argileux. Le pêcher s'entend bien avec la vigne. Les pêchers sont cultivés en forme libre ou gobelets. L’espace entre les arbres est de 6 mètres.
Moins sensibles à la nature du sol qu'au climat qui doit être chaud ou tempéré, mais surtout très régulier, ils se plaisent sur les coteaux bien exposés ou dans les vallons où les variations atmosphériques sont peu sensibles, tandis qu'au contraire les courants d'air froid, l'instabilité de la température au printemps, les brouillards, sont autant d'obstacles à leur floraison et à leur développement normal.
Les pêchers supportent assez bien la sécheresse, même si la qualité et la quantité des fruits sont améliorées par un arrosage régulier lors de la nouaison.

Pêchers et nectarines sont assez gourmands de nutriments, notamment d'azote, et 2-3 apports d'engrais organique ou traditionnel par an stimulent et améliorent la croissance et la fructification (sauf si le sol est naturellement fertile). Hormis N, P et K, ce sont surtout le magnésium et le zinc qui sont requis.
L'arbre préfère les étés chauds et secs, les climats chauds, tempérés ou méditerranéens, mais il peut pousser dans des régions plus froides avec une protection hivernale.

Usages

* On trouve la pêche du Roussillon sous toutes formes de conditionnements : low-pack, préemballé, vrac... de mai en septembre dans différents circuits. Les circuits courts et les ventes par les producteurs en bord de route se développent de plus en plus dans le Roussillon.

* La pêche se reconnait à une peau duveteuse, mais aussi à un jus merveilleusement désaltérant. Par greffage d'une branche de prunier sur un pêcher, on a obtenu des fruits à la peau lisse et à la chair plus ferme :
- Les nectarines, se différencient de la pêche par leur peau lisse et dépourvue de duvet,  Leur noyau se détache facilement de la chair.
- Les brugnons sont plus petits, à la saveur acide. Leur chair adhère au noyau, sans tâche apparente.
- La nectarine est plus résistante et plus ferme. Sa peau n’adhère pas au noyau et sa chair est croquante et juteuse. Préférez-les parfumées avec une peau fine bien colorée

* La pêche du Roussillon est délicatement sucrée et goûteuse à souhait. Rafraichissante et modérément énergétique, elle possède des propriétés réhydratantes et désaltérantes. Une pêche suffit à couvrir 50 % de l’apport quotidien conseillé en provitamine A.

Préparer, Cuisiner, Déguster

On peut les consommer nature, en charlotte, en tarte, pochées dans un sirop, poêlées dans du beurre ou plus simplement en salade, ou sur des brochettes aux côtés de melons, de nectarines et d'abricots du Roussillon. Tous les modes lui conviennent !
* Astuce : Plongez vos pêches du Roussillon 20 sec dans l’eau bouillante, puis 5 sec dans l’eau fraîche, la peau se retirera toute seule.

 

 

PHOTO
Pêches du Roussillon sur l'arbre : www.pleinchamp.com