Accueil > Réceptions > Ambiances > A la mode du Passé > Soirée Belle Epoque
Une ambiance Belle Epoque

 

Le décor - Elégance féminine - Tenue masculine -
La table - La nappe - Porcelaine, argenterie - Flûtes ou coupes ?

 

A l'aube du XXème siècle, la terre entière se bouscule à Paris pour admirer l'Exposition Universelle : le Grand et le Petit Palais, construits pour l'occasion, le palais de l'Electricité et ses dix milles lampes, les élégants pavillons de Guimard, tout en fer et en verre au Champ de Mars...On s'émerveille devant les progrès inouïs des sciences et des techniques, la Photographie, le Cinématographe, le Métro, les ascenseurs, les trottoirs roulants...
Les dandys excentriques et les "lionnes" couvertes de bijoux courent les théâtres, pour rire aux larmes aux pièces de Georges Feydeau, et s'émouvoir à l'Aiglon d'Edmond Rostand, où triomphent Sarah Bernhardt et Lucien Guitry.
Ils passent chez Maxim's rue Royale, des soirées folles où le champagne coule à flots. C'est l'endroit le plus raffiné, le plus élégant, le plus drôle de Paris. On y dine en musique, avant de valser jusqu'au bout de la nuit...
Vraiment une ambiance à faire revivre, le temps d'une soirée brillante !

 

Voir aussi : Des menus

 

Un décor au goût du temps...

Créer une ambiance "Belle Epoque" dans un cadre d'aujourd'hui est assez facile, sauf s'il est d'un modernisme agressif. Le style 1900 est un joyeux mélange de tous les styles qui l'ont précédé, ceux du XIXème, (sauf l'Empire et la Régence) mais aussi le Moyen Age, la Renaissance, sans oublier le goût effréné de l'exotisme ! Point commun de toutes ces tendances, l'absence totale de sobriété. On aime les miroirs, les amas de coussins, le velours, la passementerie, les tables juponnées surchargées de pampilles, l'accumulation de bibelots de toutes sortes et de tous styles, les entassements de tapis...
et les forêts de plantes d'intérieur.
Les lourdes tentures masquent la lumière naturelle.
Le décor est conçu pour l'éclairage artificiel (le règne de la fée électricité a commencé !). On multiplie les sources lumineuses, lustres et appliques, mais surtout lampes à poser, avec leurs jolis abat-jour en pâte de verre, en parchemin décoré, en tissu de soie plissé ou volanté.

 

Elégance et fantaisie au féminin...

*La "Belle Epoque" c'est d'abord celle de la Mode, élégance, raffinement, mais aussi originalité, et même excentricité...ce qui laisse quelques libertés pour la recherche d' un "look".

*Pour les femmes, grand décolleté, ou blouse en dentelle à col montant (on en trouve assez facilement dans les brocantes), taille serrée (Paul Poiret n'avait pas encore supprimé les corsets !) et jupe longue avec si possible quelques jupons froufroutants dessous.
Relevez vos cheveux en chignon bien gonflé, où vous piquerez tout ce que vous pourrez trouver, plumes d'autruche ou de faisan, grand peigne à l'espagnole, ou épingles-bijoux et petite mantille de dentelle.
Si vous tenez à vos cheveux courts, coiffez vous à la belle Otéro, raie au milieu, cheveux ondulés plats dessus et très frisés sur les côtés.
Mais, surtout, n'oubliez pas le plus important, les bijoux..Toutes ces belles en étaient littéralement couvertes. N'hésitez pas à accumuler chaînes, colliers, pendentifs, broches, bracelets, bagues, (sans oublier les boucles d'oreilles), à mêler le vrai et le faux, l'or et l'argent, les pierres plus ou moins précieuses, les matières et les styles.

 

 

Costume... Au masculin

*Pour les hommes, c'est un peu plus difficile. Il faut trouver une tenue qui évoque l'habit-redingote... A défaut, on peut jouer le gilet précieux sur une chemise à col glacé, ou le veston de velours qu'arboraient les excentriques.

alt

Dans tous les cas, osez la fleur à la boutonnière, de préfèrence un camélia ou une orchidée.
L'Exposition Universelle, avec ses millions de visiteurs du bout du monde fournit un aimable prétexte pour échapper aux contraintes vestimentaires du dandy parisien et adopter une tenue plus fantaisiste, prince russe, seigneur d'Europe centrale, maharadja indien ou.. cow-boy américain. Sans négliger le fait qu'hommes et femmes adoraient les déguisements et les masques.

La table...

C'est le centre d'intérêt principal, et elle se doit d'être élégante et étincelante, cette table.
Pensez au décor floral. On aimait les fleurs sophistiquées comme les orchidées, mais aussi beaucoup les roses mousseuses à l'ancienne, plus harmonieuses en bouquet.

Sur une table en longueur, optez pour deux bouquets dans des jolis vases, aux extrémités, et sur une table ronde ou carrée un seul au centre.
Autre option charmante : des coupelles d'argent ou de verre contenant chacune deux ou trois fleurs coupées.
Soignez surtout l'éclairage avec de petites lampes sur la table, ou sur des meubles à proximité.
La lumière la plus flatteuse est rosée ou dorée.

 

 

Quelle nappe ?

*La nappe sera blanche de préférence, brodée ton sur ton, ou ajourée " à fils tirés " à l'italienne comme on les aimait à l'époque.
A défaut, on se contentera d'un classique nappage blanc "habillé" d'une sur-nappe ou de napperons de dentelle, de guipure ou de mousseline brodée.
*Les serviettes assorties à la nappe sont pliées sur l'assiette. Adoptez un pliage fantaisie, par exemple en tulipe.
*Le couvert se dresse comme aujourd'hui pour les "grands dîners". L'assiette plate est entourée des couverts disposés dans l'ordre d'apparition des plats.
A droite, tranchant de la lame vers l'assiette, les couteaux, à gauche, les fourchettes, dents vers le haut. Entre assiette et verres, le couvert à dessert, les deux manches vers la droite, lame de couteau vers l'assiette.
*Les verres sont disposés en ordre, de gauche à droite, verre à eau, verre à vin rouge, verre à vin blanc, puis coupe ou flûte à Champagne, qui peut être décalée en arrière.

 

 


 

 

Porcelaines et argenterie...

Si vous ne disposez pas de vaisselle de porcelaine ou de faïence fine, d'une jolie verrerie et d'un minimum d'argenterie, mieux vaut renoncer à cette formule. Fort heureusement, la grand diversité des goûts et des décors de l'époque permet d'accepter de multiples styles de couverts, vaisselle et verres, y compris ceux d'aujourd'hui, à condition qu'ils ne soient pas trop « typés » contemporains par leur matériau, leur couleur ou leur ligne.

* Les couverts en argent, métal argenté, bronze doré, vermeil ou imitations, conviendront très bien pour peu qu'ils soient de style un peu précieux, et décoré.
En revanche, l'acier, trop moderne ne convient pas. D'autre part, mieux vaut ne pas mélanger côte à côte or et argent qui se « tuent » l'un l'autre.
* La vaisselle aussi autorise de multiples variantes : filets dorés, décors fleuris, porcelaine rocaille ou chinoise, faïence anglaise, simplicité d'un uni pastel à filet discret, ou surcharge de dorure...
Seul impératif, éliminer tout ce qui est contemporain et rustique. Pas de faïences épaisses, de couleurs violentes (vert cru, orange, violet...), pas d'assiettes carrées, ovales, ou de grande taille à la mode d'aujourd'hui ;
Les plats de service sont ronds ou ovales, assortis aux assiettes, ou à la rigueur blanc uni.

 

Flûtes ou coupes ?...

La verrerie constitue la partie la plus délicate. Les verres en cristal (vrai ou faux) se doivent d'être fins, à pieds, et de préférence décorés. On appréciait alors les verres gravés de fleurs, et de volutes.
Les menus imposants du temps, nécessitent un grand nombre de verres différents. Il en faut au minimum quatre sortes. Classés par taille décroissante, il y a verre à eau, à vin rouge, à vin blanc. Enfin le plus important dans ce cadre de fête : le verre à Champagne. A l'époque on préférait les coupes, mais rien n'oblige à sacrifier les flûtes qu'aujourd'hui nous considérons comme mieux adaptées.
Il y a aussi les verres à Porto et surtout à liqueur qui peuvent être utiles et aussi... pas du tout indispensable, mais si décoratifs, les verres à vin du Rhin en cristal taillé, teinté de vert, de rouge ou de bleu...

 

Et surtout n'oubliez pas la musique...
On peut toujours rêver aux orchestres tziganes en costume, mis à la mode par les fabuleux princes russes, qui faisaient vibrer la salle au son de leurs violons acrobatiques et époustouflants.

Une bonne sono d'aujourd'hui est certes moins pittoresque mais tellement plus facile à vivre !
Des czardas au french cancan, des romances sentimentales aux refrains des comiques troupiers, des polkas rigolotes aux valses romantiques, le répertoire est vaste et varié, avec tout ce qu'il faut pour animer jusqu'à l'aube une soirée brillante et joyeuse.

 

 

Sommaire : Le décors - Elégance féminine - Tenue masculine - La table - La nappe - Porcelaine, argenterie - Flûtes ou coupes ? -

 

POUR EN SAVOIR PLUS : DES MENUS... D'EXCEPTION... UNE SOIREE BELLE EPOQUE